Les temps sont durs pour les jeunes adultes qui quittent le foyer familial pour voler de leurs propres ailes. Les frais de scolarité ont explosé en vingt ans, notamment sous l'effet du désengagement de l'État. Face à des salaires qui évoluent lentement et des loyers chaque année un peu plus chers, certains trouvent d’énormes difficultés à gérer leur budget et à payer leurs prêts-étudiants.

Certains parents sont prêts à apporter un soutien financier à leurs enfants, mais à certaines conditions. Voici des idées pour aider les parents à sortir leurs enfants de leurs difficultés tout en les responsabilisant. Les parents qui veulent encourager leurs enfants à se débarrasser rapidement de la dette étudiante pourraient adopter « paiement d’un supplément contre le payement d’un autre supplément ».

Les planificateurs financiers estiment que les parents qui favorisent cette stratégie devraient établir des lignes directrices, comme le ratio des fonds de contrepartie et toutes les conditions de retrait du soutien, notamment si l'enfant manque à ses engagements ou qu’il tarde sur un certain nombre de paiements de prêt. La signature d’un contrat qui inclut également des conditions pour la résiliation possible de l'arrangement, comme par exemple lorsqu’un parent subit une perte d'emploi, est à envisager.

Aux Etats-Unis, l'enseignement supérieur a été un sujet souvent discuté lors de la récente campagne présidentielle. Bernie Sanders a réclamé des diplômes universitaires gratuits calqués sur le modèle européen. Hillary Clinton voulait un diplôme universitaire public gratuit pour les familles de moins de 125 000 dollars US. Donald Trump, lui, veut abolir le ministère américain de l'Éducation et privatiser les prêts aux étudiants. Maintenant que ce dernier est le président élu, que se passera-t-il ?

 

Trump a non seulement défendu le démantèlement du ministère de l'Éducation, il souhaite également travailler avec le Congrès sur les réformes pour s'assurer que les universités font un effort de bonne foi pour réduire le coût de la dette des étudiants en échange des allégements fiscaux fédéraux et des impôts. A suivre 

Source: generation20.fr